Questions fréquentes

Les parents et les élèves nous posent fréquemment des questions sur différents aspects pratiques du cours Euler. Voici un échantillon de ces questions.

Les déplacements

Transports publics. Nous encourageons les élèves à venir à l’EPFL en transport public. C’est l’occasion de faire les trajets avec les autres élèves du cours Euler, ceux de la même volée, mais aussi les autres. S’il est naturel de venir avec ses parents les premières semaines ou lorsque la distance est grande (par exemple de la France voisine, le canton du Jura), nous voyons avec plaisir les jeunes et les anciens du programme se rencontrer sur le chemin de l’école.

Aide financière. Nous pouvons aider quelques familles à financer partiellement les trajets, veuillez nous contacter si nécessaire.

Le calendrier scolaire

Nous suivons le calendrier scolaire vaudois en général, ce qui est pratique pour les Vaudois (grande majorité de nos élèves), mais moins pour les autres élèves.

Les horaires. Les cours ont lieu le mercredi après-midi de 14h15 à 17h00 sur le campus de l’EPFL à Lausanne (Dorigny).

En cas d’absence. Que ce soit à cause de vacances, d’un camp de ski, d’une participation à la finale des Jeux mathématiques et logiques ou d’une grippe, il arrive à chacun de manquer un cours. Dans ce cas les parents avertissent l’enseignant concerné et celui-ci peut alors transmettre les documents nécessaires. Il faut alors rattraper par soi-même le cours manqué, ce qui n’est pas aussi agréable que de suivre le cours en classe, mais possible si cela n’arrive pas trop souvent.

Pédagogie

Quel est le type de cours? Nos principes pédagogiques reposent sur la conviction que les élèves du cours Euler sont prêts à suivre un cours dans lequel nous démontrons chaque affirmation. C’est d’ailleurs souvent le contraire qui les frustre! Nous proposons ainsi typiquement un cours théorique « ex cathedra » au tableau noir pendant les deux premières périodes du mercredi après-midi (14h15-16h00). Une bonne idée de notre approche est donnée par les trois films de la page d’accueil, pour le cours de première année. Les années 4, 5 et 6 proposent des cours de niveau universitaire, leur aspect théorique est indéniable.

Et la troisième période? Pendant l’heure d’exercices (16h15 -17h00) les élèves rendent les devoirs qu’ils avaient à faire pendant la semaine, reçoivent la série qui a été corrigée par les assistants, des étudiants de l’EPFL et des élèves plus avancés du programme. C’est donc l’occasion de poser des questions sur ses erreurs et sur ses doutes, puis de commencer ensemble deux ou trois exercices importants de la nouvelle série qui sera à rendre la semaine suivante.

L’investissement des élèves

Combien de travail cela représente-t-il? Nous disons souvent que le cours Euler demande entre 8 et 10 heures de travail hebdomadaire. Même si cela peut paraître beaucoup pour des élèves qui ont l’habitude de ne pas avoir de devoirs à faire pour l’école, nous pensons que 6h-8h de travail est une estimation réaliste.

Quel travail est à faire? Nous donnons chaque semaine une série d’exercices, une douzaine typiquement. Certains seront calculatoires ou tirés des livres scolaires, ils seront donc en général plus faciles à faire que d’autres, plus théoriques, qui développent certains aspects de la théorie, complètent une preuve vue en cours, demandent une véritable réflexion et aussi une relecture de la théorie. Nous pensons que le choix de ces exercices aidera à digérer le cours et à se familiariser avec les aspects nouveaux.

Concrètement que demande-t-on aux élèves? Il faut d’abord mettre bien à profit les heures de maths dont on est dispensé à l’école pour avancer pour ses devoirs. Il faut ensuite organiser son temps libre pour idéalement trouver chaque jour une petite heure pour travailler. Cela demande donc de l’organisation et de la discipline, de l’autonomie et de l’indépendance. Il faut souvent résoudre les problèmes par soi-même.

Et si un élève se trouve face à un problème insurmontable? Ce que nous observons c’est que les élèves de chaque classe sont en contact par Whatsapp et résolvent souvent leurs questions en groupe. Si ce n’est pas le cas nous encourageons les élèves à rester en contact avec leur enseignant à l’école. C’est quelqu’un qui en général a du plaisir à suivre le parcours de ses élèves et pourra répondre à une question avant ou après le cours, voire pendant si cela ne dérange pas le déroulement du cours. Enfin il reste toujours la possibilité d’envoyer par email une question à son enseignant Euler. Poser une question précise représente souvent la moitié du chemin vers la résolution du problème!

Et si c’est la méthode travail qui pose problème? La plupart des élèves arrivent à trouver par eux-mêmes une méthode de travail, une manière de s’organiser, mais le cours Euler bénéficie aussi d’un accompagnement pédagogique. C’est Mme Honsberger qui s’assure, en rendant visite à chaque classe, chaque année, que le cours Euler s’inscrive harmonieusement dans la vie scolaire et les loisirs des élèves. Lorsque le besoin s’en fait ressentir il est aussi possible de prendre rendez-vous avec elle. Son expérience des problèmes que peuvent rencontrer des enfants et des adolescents doués est précieuse! Ce n’est pas anodin pour un élève qui s’ennuie à l’école et qui a rarement des devoirs à faire de se retrouver face à la difficulté et à la nécessité de faire des eforts.

Les évaluations

Comment le cours Euler évalue-t-il le travail des élèves? Le travail hebdomadaire est mesuré par les résultats aux séries d’exercices, nous demandons qu’elles soient suffisantes (et rendues chaque semaine!) pour garantir que chaque élève effectue ses devoirs et progresse au rythme du cours Euler. Pour les résultats à proprement parler nous organisons régulièrement des tests et demandons aux élèves d’avoir la moyenne à chaque trimestre/semestre.

Quelle note de mathématiques les élèves obtiennent-ils? Cela dépend de chaque canton et de chaque niveau (école obligatoire ou post-obligatoire). En général un élève qui réussit au cours Euler a de très bonnes notes, mais ce ne sera pas systématiquement un 6, cela dépend dans certains cantons des résultats à chaque test que le cours Euler organise, ainsi que du passage de certains tests ou examens à l’école (évaluations communes, épreuves cantonales de référence, semestrielles, certificat d’études, épreuves de maturité, interrogations orales).

Combien de tests y a-t-il au cours Euler? Au niveau de l’école obligatoire, nous organisons au moins huit tests par année. Ensuite les tests deviennent moins fréquents et couvrent des sujets étudiés en classe plutôt qu’un certain de nombre de semaines de cours. Dès la quatrième année du programme les tests correspondent à des examens propédeutiques (section de mathématiques à l’EPFL). Il y a ainsi typiquement trois examens chaque année.

Les départs

Les élèves qui commencent le cours Euler terminent-ils tous les deux cycles de 3 ans? Non, il y a des départs chaque année. Le cours Euler est un programme exigeant qui demande de s’y investir avec passion. Il est naturel que certains élèves quittent le programme. Cela représente en fait environ la moitié des élèves.

Quelles sont les causes de ces départs? Elles sont nombreuses et il est difficile de généraliser. Parfois c’est la distance et la longueur des trajets qui est en cause, ou encore le fait qu’après deux ans et le début de l’adolescence les mathématiques n’ont plus forcément l’importance qu’elles avaient auparavant. Certains élèves qui pouvaient mener de front sport, musique et maths se retrouvent aussi devant un choix à faire. Il est par contre très rare que ce soient les résultats insuffisants au cours Euler qui sont la raison d’un départ, même si cela arrive. C’est plutôt un enchaînement de plusieurs facteurs: perte de motivation, travail moins fourni, résultats moins bons, plaisir moindre, perte de motivation, etc.

Comment se passe le retour à l’école? Lorsqu’un élève quitte le cours Euler il n’est plus dispensé de ses cours de mathématiques. Il faut donc bien avoir cela à l’esprit lorsqu’on s’engage au cours Euler. Un élève qui s’ennuyait à l’école à l’âge de 12 ans risque de se retrouver deux ans après dans un cours de maths où il ne découvrira pas grand chose. Cela ne veut pas dire pour autant que tout sera facile! Certains de nos anciens élèves ne sont pas aussi motivés qu’il le faudrait par le cours de mathématiques qu’ils rejoignent et peinent parfois à résoudre un système d’équations ou à dériver une fonction… En cas de retour au cours de mathématiques il faudrait le faire avec un état d’esprit positif et viser l’excellence!

A quel moment peut-on quitter le cours Euler? Le premier mois de participation est une période d’essai. Un élève qui se rend compte que le type de cours que nous proposons ne lui correspond pas peut quitter le cours à tout moment. Ensuite les élèves s’engagent, en signant le contrat de participation, à rester de semestre en semestre ou de trimestre en trimestre. Ainsi ces élèves rejoignent leur cours de mathématiques à l’école à un moment qui convient au rythme scolaire.

Comment se passe un départ dans la pratique? Lorsqu’un élève souhaite quitter le cours Euler, nous organisons un rendez-vous avec l’élève et ses parents. Avant de formaliser un départ nous aimerions être sûrs que c’est la meilleure décision. Il arrive parfois qu’un souhait de départ ne soit lié qu’à une baisse de motivation passagère, ou à une impression d’être moins bon que le reste de la classe, de devoir trop travailler. Il faut bien analyser la situation avant de prendre une telle décision.

Relations avec les écoles

Comment les écoles sont-elles informées? Le cours Euler a pour partenaires les administrations cantonales, les écoles et les parents. C’est ainsi que les directions générales sont averties des noms des élèves qui suivent notre programme, nous écrivons aussi aux directeurs des écoles concernées et chaque enseignant du cours Euler prend contact avec ses homologues dans les écoles, cycles, gymnases, lycées, etc. Il est aussi important que les parents prennent rendez-vous avec le maître de classe ou le doyen pour s’assurer que l’année scolaire commence sans malentendu.

Quelles informations reçoit un enseignant de mathématiques? Il reçoit systématiquement tous les programmes et les énoncés de chaque test que passe son élève. Pour le programme des années Harmos 9-10-11 ces programmes contiennent les éléments correspondants du Plan d’Etudes Romand (PER) pour qu’il leur soit plus facile de voir ce qui concerne le programme de mathématiques usuel et quels sont les éléments théoriques plus avancés que le cours Euler propose.

A quoi cela sert-il? D’une part il est important que l’enseignant de mathématiques soit au courant des progrès de son élève, même si ce dernier est dispensé du cours de mathématiques. Soutien et encouragements sont importants pour un élève qui a choisi de passer tous ses mercredis après-midi dans les salles de classe de l’EPFL! D’autre part un dialogue entre les enseignants permet parfois de détecter des problèmes avant qu’il ne soit trop tard pour intervenir: baisse des performances à l’école, oublis ou devoirs non faits (le cours Euler est-il trop lourd à gérer?), ou au contraire baisse des performances au cours Euler (et à l’école? est-ce que tout se passe bien?).